Kenetic4dev

La diversité des compétences de nos ingénieurs alliée à notre présence multi-sectorielle nous permet de répondre à l'ensemble des besoins techniques et fonctionnels de nos clients.
La variété de nos projets c'est aussi l'assurance de faire évoluer nos collaborateurs et leur permettre de découvrir de nouveaux secteurs.

Nos interventions concernent les phases de maîtrise d'ouvrage, de maîtrise d'œuvre (conception, réalisations, test unitaire) - d'intégration - de qualification / recette.
Nos compétences multi-métiers et multi-domaines : KENETIC 4 DEV propose une gamme complète de services dans les secteurs aussi variés que les Télécommunications, les transports et les Systèmes d'Information ( banques, assurances, mutuelles, services public ...)

Cette gamme s'organise dans une approche multi-métiers et multi-domaines autour de différents modes d'interventions.

Login Form

Six conseils simples pour démasquer les fausses infos sur internet

Tout le monde, y compris de grands médias et des grands reporters aguerris, s'est déjà fait avoir un jour par une fausse information. L'objectif est bien sûr que cela n'arrive jamais. Mais à l'heure des réseaux sociaux et des rumeurs qui se propagent à toute vitesse, il n'est pas toujours facile de trier instantanément le vrai du faux. Surtout pour les journalistes qui cherchent des nouvelles croustillantes, à même de "faire le buzz" et d'attirer le lecteur.

Voici quelques conseils pour éviter de relayer de fausses informations et pour débusquer les canulars qui circulent sur la toile.

1. Aller à la source

A l'heure du copier-coller, certains médias prennent de moins en moins le temps de vérifier les informations qu'ils diffusent. On se retrouve ainsi avec des phrases telles que "selon tel journal, lui-même repris par tel autre..." Le mieux est donc de remonter le chemin jusqu'à la source de première main. Un peu comme on remonterait le cours d'une rivière pour voir d'où elle est partie. Reste à se demander ensuite si on peut faire confiance à cette source. Et ce n'est pas toujours garanti.

Ainsi, si les journalistes étaient remontés à la source, ils ne se seraient pas laissés prendre par cette histoire d'"une Autrichienne [qui] porte plainte contre ses parents pour avoir posté des photos d'elle bébé sur Facebook". Cette jeune fille n'a jamais existé. A l'origine de l'histoire, il y a un média autrichien qui a interrogé un avocat sur un cas fictif. Avec cette question : "Que se passerait-il légalement si quelqu'un déposait plainte contre ses géniteurs dans pareil cas ?"

Ce genre de méprise arrive très souvent. Mais une fois l'intox révélée, il est rare que les sites qui se sont fait piéger reconnaissent leur erreur et fassent amende honorable. La preuve avec cette enquête menée par le journaliste français Yann Guégan en août dernier.

Mieux vaut aussi se méfier des propos rapportés par un tiers. Une personnalité a-t-elle vraiment prononcé la phrase qu'on lui fait dire ? Au départ d'une polémique, il y a parfois une simple erreur de retranscription. Cas pratique : début septembre 2016, Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite et du centre en France est accusé d'avoir tenu des propos sexistes. La faute revenait à un tweet inexact de la chaîne d'info BFM TV.

KENETIC - Copyright Tous droits réservés